José BénazérafCri de la chair (Le)


Résumé

Jean-Marc est engagé comme pianiste dans une boîte de la Côte, avec sa maîtresse, une chanteuse strip-teaseuse, Brigitte. Le propriétaire du lieu, Barnier, agonise depuis des mois; Maria, sa femme, semble s'en consoler facilement…

« C’est en 1961 que Bénazéraf se lance dans ce qui deviendra sa principale activité, la réalisation. Le Cri de la chair, son premier film mais aussi le plus célèbre, est une caricature de L’Année dernière à Marienbad d’Alain Resnais. Le réalisateur y mélange érotisme et débats philosophico-politiques. À partir de 1972, il se consacre exclusivement à la réalisation de films pornographiques dont il est, en France, le père fondateur. » La Bibliothèque du Film

English version

Jean-Marc is hired as a pianist in a club on the Riviera along with his mistress, a singer and striptease artist named Brigitte. The owner, Barnier, has been on his death bed for months but his wife Maria seems to have no problem finding consolation…

“In 1961 Bénazéraf went into what would become his main occupation: filmmaking. Le Cri de la chair, his first and best known film, is a caricature of Last Year at Marienbad by Alain Resnais. In it Bénazéraf blends eroticism and philosophical-political debates. Since 1972 he has devoted himself exclusively to making pornographic films for which, in France, he is the founding father.”

Cri de la chair (Le) de José Bénazéraf

France • fiction • 1961 • 1h25 • 35mm • noir et blanc

Le cri de la chair

Titre original

Eternité pour nous (L'), cri de la chair (le)

Interprétation

Monique Just (Maria), Sylvia Sorrente (Brigitte), Michel Lemoine (Jean-Marc), Gisèle Gallois (Françoise)

Générique

Scénario José Bénazéraf, Grisha Dabat, Yves Denaux, d’après L’éternité 
pour nous de G. J. Arnaud
Image Marcel Combes
Musique Jean-Baptiste Pergolèse
Montage Georges Marschalk
Production José Bénazéraf
Source La Cinémathèque française