Luchino Visconti

Réalisateur

Luchino Visconti

Luchino Visconti commence par travailler en France aux côtés de Jean Renoir comme assistant-réalisateur sur Les Bas-fonds (1937) et comme créateur de costumes pour Une partie de campagne (1936). Contraint de quitter la France à cause de la Seconde Guerre Mondiale, il retourne en Italie pour travailler avec Karl Koch sur la réalisation de Tosca en 1940. Visconti réalise Ossessione, son premier film, en 1942. Transposé du roman de James Cain Le Facteur sonne toujours deux fois, Ossessione, film noir et pessimiste, marque le début du courant néoréaliste et déclenche un scandale. Il est interdit par les autorités italiennes dans presque tout le pays. Les idées progressistes qui en émanent sont très mal perçues. Visconti échappe de justesse à une exécution par les Allemands lorsqu'ils se retirent d'Italie en 1943. Dès lors, il se fait le portraitiste des miséreux, de la violence sociale de cette Italie tenue par le clergé et les hommes d'affaires, de ces émigrants qui partent par milliers vers les Etats-Unis (La Terre tremble (1948) et Rocco et ses frères (1960) en sont deux bons exemples). Le style de Visconti se construit ensuite au fil de ses réalisations. On perçoit toujours ce sens aigu de l'esthétique, ce souci de soigner la plastique de ses films. Il choisit souvent l'histoire comme trame de fond pour raconter les existences dramatiques de ses personnages : la douloureuse unification de l'Italie dans le Guépard (1963) puis celle de l'Allemagne dans Ludwig ou le crépuscule des Dieux (1972), la bestialité des nazis dans Les Damnés (1969). Mais si le devenir des peuples ou d'une nation sont souvent présents chez Visconti, c'est surtout le drame individuel de ses héros que l'on retient de ses films. Dans Mort à Venise (1971), le personnage incarné par Dirk Bogarde choisit de mourir plutôt que de quitter Venise. Tadzio, le jeune garçon, exerce une telle fascination sur lui qu'il y voit une représentation parfaite de la beauté, l'ange de la mort qu'il a toujours attendu pour effectuer l'ultime voyage. Des sentiments homosexuels se devinent aisément chez Visconti. Mort à Venise est tiré du roman homonyme de Thomas Mann, auteur dont l'oeuvre ne peut être présentée sans évoquer le thème de l'homosexualité, la beauté absolue s'y incarne d'ailleurs sous les traits d'un jeune garçon. Dans Ludwig, les tourments causés à Louis II de Bavière par son homosexualité sont une des clefs de sa folie, folie qui est au centre du film. Dans leur ensemble, les films de Luchino Visconti se caractérisent par une photographie extrêmement soignée, des costumes et des décors somptueux. Les acteurs choisis contribuent également à la beauté de ses films. S'il ne choisit pas des "gueules" à l'instar de Fellini, Visconti tourne à plusieurs reprises avec Alain Delon, Helmut Berger, Dirk Bogarde, Burt Lancaster ou Silvana Mangano.

"Sous le soleil exactement" par Jean-Bernard Pouy, à l'occasion de l'hommage en 2005

Films présentés à La Rochelle